EXPOSITION PERMANENTE

Sur les pas de Marguerite…

Dans un édifice aux vitraux significatifs et riches en couleurs, suivez les pas de Marguerite par le biais d’artéfacts historiques, de costumes et de documents d’archives. Vous traverserez les épreuves de sa vie notamment son veuvage, sa pauvreté et les incendies qui ont marqué son parcours. Vous serez impressionné par sa foi inébranlable en Dieu et la Divine providence.

Son œuvre perdure depuis plus de deux cents ans par l’entremise de ses filles spirituelles dont vous pourrez également apprécier les réalisations qu’elles ont parsemées au Canada et aux États-Unis.

Sur les pas de Marguerite, faites un voyage dans cette Nouvelle-France où la sainte a pris racine en semant compassion, foi et amour. Un bouquet dont les fleurs se multiplient encore aujourd’hui.

16 OCTOBRE

Fête liturgique de sainte Marguerite d’Youville

La fête liturgique de sainte Marguerite est célébrée le 16 octobre. Chaque année, une messe diocésaine est célébrée en la basilique Sainte-Anne de Varennes, à 19h30. Cette messe commémore la journée du baptême de la sainte née le 15 octobre 1701, à Varennes. Elle est célébrée par l’évêque ou l’évêque auxiliaire pour l’ensemble des pèlerins.

UN NOUVEAU REGROUPEMENT

Les ami-es de sainte Marguerite d’Youville

En 2016, le sanctuaire Sainte Marguerite d’Youville a créé une association regroupant des personnes souhaitant découvrir et faire connaître le charisme de sainte Marguerite d’Youville tout en participant à sa mission et à sa spiritualité.

Les membres s’engagent au nom de leur foi, à approfondir le tout pour mieux en vivre et en témoigner.

Les ami-es sont aussi invités à participer à diverses activités de ressourcement et de recueillement. Le 16 octobre, fête liturgique de Sainte-Marguerite d’Youville, une messe solennelle est célébrée en la basilique Sainte-Anne de Varennes, endroit où repose le tombeau de la sainte dans la chapelle funéraire qui lui est consacrée.

Activités proposées

  • Bénévolat au sanctuaire Sainte-Marguerite-d’Youville
  • Conférences
  • Échanges
  • Rencontres occasionnelles avec des Sœurs Grises

En devenant membre, vous recevrez les informations sur toutes nos activités.  Par le passé, nous avons organisé des conférences sur Marguerite d’Youville, Pierre Boucher (arrière-grand-père de Marguerite) et l’Accueil Bonneau.

Pour de plus amples informations, veuillez communiquer avec Louise Girard, coordonnatrice du sanctuaire Sainte-Marguerite d’Youville :

lgirard@sanctuaireyouville.ca    450-652-6976

PATRIMOINE RELIGIEUX

Dans la basilique érigée en 1887, les styles architecturaux roman et byzantin se côtoient pour créer un ensemble imposant et somptueux. Ils sont mis en valeur par de nombreux tableaux, fresques, vitraux, statues et autres objets religieux dont certains ont été conservés depuis la fondation de la paroisse de Varennes en 1692.

Parmi eux notons :

Fresques et tableaux réalisés par

François Beaucourt, premier peintre canadien ayant étudié en Europe

Guido Nincheri, peintre italo-canadien surnommé le Michel-Ange de Montréal

Statues

La façade de la basilique est ornée de statues représentant Saint-Anne, Saint-Pierre et Saint-Paul sculptées par Philippe Hébert (vers 1886).

La statue de Marguerite d’Youville, don des Sœurs Grises de Montréal, veillait jusqu’en 1971 sur la Crèche d’Youville de Montréal. Elle a remplacée celle qui avait été installée sur le bord du fleuve en 1942.

Objets religieux et autres pièces anciennes:

cloche donnée par les Sœurs Grises provenant de l’ancien Hôpital Charron de Montréal (1693), établissement que Marguerite d’Youville a repris et dirigé

tableau miraculeux de Sainte-Anne (1730)

chandelier pascal en bois sculpté et doré (vers 1788)

lampe du sanctuaire en argent martelé de Robert Cruickshawk (1803)

fonts baptismaux en bois sculpté peint et doré dans un style classique Napoleon III (vers 1885)

chaire en bois sculpté et peint (1888)

lustres d’importation italienne (1889)

À deux pas de la basilique, on peut visiter:

Deux chapelles votives du 19e siècle classées «biens culturels» et un calvaire en bois reconnu «monument historique».